Beethoven maîtrisait de toute évidence l’art de la symphonie et son 7e opus du genre était très attendu. Le public fut immédiatement conquis par les éléments rythmés, la spontanéité et, plus que tout, l’allegretto captivant du morceau.

Dans sa Sérénade pour vents, Dvořák ressuscite les riches soirées musicales des anciens châteaux et palais tchèques et fait résonner les somptueux salons de polkas, menuets et danses traditionnelles.

programme

Hendrik Andriessen • Variations and fugue on a theme by Johann Kuhnau
Antonín Dvořák • Grande sérénade en ré mineur, op. 44
Ludwig van Beethoven
Symphonie n° 7 en la majeur, op. 92

en pratique