Bien qu’Antonín Dvořák ait connu un long passage à vide, son Concerto pour violoncelle est devenu l’un des plus joués au monde. Lauréat du premier concours Reine Élisabeth consacré au violoncelle, Victor Julien-Laferrière est en tout cas le soliste idéal pour interpréter ce magnifique concerto.

La Symphonie n° 7 puise à la même source d’inspiration : « La musique qui se joue dans ma tête est celle de l’amour, de Dieu et de mon pays natal. »

programme

Antonín Dvořák • Concerto pour violoncelle en si mineur, op. 104
Antonín Dvořák • Symphonie n° 7 en re mineur, op. 70

en pratique