Un vrai classique qui fait du bien et le film familial idéal à regarder sur grand écran, avec de la musique en direct !

Venez à Flagey le samedi 17 au soir ou le dimanche 18 septembre après-midi et vivez ce grand moment de l'histoire du cinéma avec le Brussels Philharmonic dirigé par Dirk Brossé. Le thème du film est le suivant : si vous restez humble et fidèle à vous-même, vous serez récompensé de la meilleure façon possible. Offrez-vous une récompense aujourd'hui et achetez votre billet dès maintenant, la prévente a déjà commencé le 15 mai !

La comédie musicale la plus appréciée de tous les temps à Hollywood, Singin' in the Rain, souffle ses 70 bougies cette année. Même après sa première en 1952, elle reste pour beaucoup l'une des comédies musicales les plus imaginatives. Le réalisateur, le chorégraphe et l'acteur principal, le seul et unique Gene Kelly, a élevé le film - notamment en agitant un parapluie et en sautant dans des flaques d'eau de pluie - au rang d'icône. Chaque génération redécouvre le film lorsqu'un artiste pop célèbre remporte un succès avec sa version de la musique légendaire. Il suffit de prononcer le titre du film à haute voix un jour de pluie pour qu'il y ait toujours quelqu'un qui fredonne la mélodie de la chanson titre. C'est à quel point Singin' in the Rain est accrocheur !

Le plus grand moment de l'histoire du cinéma

Si le succès du film muet a dominé les salles de cinéma dans les années 1920, son heure de gloire s'est vite éteinte avec l'avènement du film parlant, le "talkie". Le duo de réalisateurs Stanley Donen et Gene Kelly a réussi à capturer ce moment clé d'une manière cinématographique brillante, avec une chorégraphie époustouflante et une bande-son symphonique pleine de chansons et d'airs inoubliables, qui, aujourd'hui encore, captivent un jeune public qui a grandi avec IMAX, 3-D et d'autres merveilles technologiques telles que Marvel ou Une galaxie très, très lointaine.

Tiré de la vie

Divers faits et chiffres de l'histoire du cinéma inspirent un certain nombre de scènes historiques. En tant que spectateur, vous vivez de manière hilarante comment les personnages de l'industrie cinématographique traversent les difficultés et les défis de la transition du cinéma parlant.

Et bien que l'intrigue de Singin' in the Rain soit fictive, il existe de nombreux parallèles avec les carrières d'innombrables stars du cinéma qui ont disparu des livres d'histoire d'Hollywood. En fait, les toutes premières scènes de Singin' in the Rain, qui dépeignent les débuts sauvages et presque anarchiques de l'industrie cinématographique moderne, décrivent très précisément cette période d'innovation et d'improvisation. Par exemple, le personnage de Lina Lamont, interprété par la sublime Jean Hagen, nominée aux Oscars, n'est pas risible parce qu'elle est une star du cinéma muet ; elle l'est à cause de sa propre prétention et de son manque de conscience de soi. Ce phénomène est certainement aussi reconnaissable chez certaines stars d'Hollywood aujourd'hui. Cette nostalgie chaleureuse témoigne du grand respect des cinéastes pour leurs prédécesseurs de l'ère du muet. Singin' in the Rain n'est pas seulement un exemple époustouflant du cinéma de studio des années 50, c'est aussi l'un des meilleurs films jamais réalisés sur l'histoire du cinéma.

Jukebox musical

Si de nombreuses grandes comédies musicales des années 30, 40 et 50 étaient des adaptations de productions théâtrales préexistantes, Singin' in the Rain était une exception. Le producteur Arthur Freed cherchait un moyen de remettre sous les projecteurs ses propres chansons, écrites pour d'autres films. Freed, lui-même parolier à succès dans les années 1920 et 1930, travaille avec le compositeur Nacio Herb Brown sur des dizaines de chansons pour les célèbres comédies musicales de la Metro-Goldwyn-Mayer (MGM). En 1939, après avoir travaillé comme producteur sur Le Magicien d'Oz, Freed se voit attribuer son propre département chez MGM, où il supervise la production de quelque 45 comédies musicales pour le grand écran au cours des 23 années suivantes. C'est grâce à lui que la MGM est devenue synonyme du genre musical. Le directeur du studio dans le film Singin' in the Rain, R.F. Simpson, est d'ailleurs inspiré de lui.

Le terme "jukebox musical" n'existait pas encore, mais quelques films correspondaient à cette description. De vieilles chansons qui n'avaient rien en commun, sauf leurs auteurs, et qui servaient de cadre à de nouvelles histoires. En 1951, alors que Freed pitchait An American in Paris, basé sur George et Ira Gershwin, il pensa à faire de même avec les chansons qu'il avait écrites avec Brown. Les scénaristes Betty Comden et Adolph Green se joignent au projet. Ils ont écrit le scénario spécialement pour le film et y ont incorporé les anciennes chansons.

Make 'em Laugh

La seule chanson "originale" écrite spécialement pour le film, "Make 'em Laugh", est en fait une copie. Lorsque le tournage du film était sur le point de commencer, les réalisateurs Stanley Donen et Gene Kelly se sont rendu compte que Donald O'Connor n'avait pas de chanson solo. Rien dans la collection Freed/Brown ne semblait convenir, le duo a donc dû trouver quelque chose de nouveau, quelque chose du genre "Be a Clown" (extrait de la comédie musicale The Pirate de Cole Porter, 1947, de la MGM). C'est ce que firent Freed et Brown avec "Make 'em Laugh", une chanson que Donen qualifia plus tard de "plagiat à 100 %" de "Be a Clown". Les similitudes sont flagrantes et indubitables. D'après les rumeurs qui circulent sur le net, Cole Porter n'y aurait pas vu d'inconvénient (ou du moins il ne s'est pas plaint) car il était reconnaissant à Freed pour tout le soutien qu'il avait reçu de lui dans sa propre carrière.

Artiste polyvalent

L'icône Gene Kelly était un innovateur extrêmement influent qui a transformé la danse à l'écran, passant de pas élégants à une forme d'art pour tous, combinant les styles classique, folklorique et populaire. Ses contributions pionnières à la chorégraphie et à la mise en scène ont eu un impact particulier sur le théâtre musical, la danse contemporaine et le cinéma. Il a ouvert la voie au travail de Bob Fosse, Jerome Robbins et Twyla Tharp. Le public l'aimait en tant qu'acteur, chanteur et danseur et, surtout, sa personnalité, à laquelle il pouvait s'identifier, même devant ses spectaculaires numéros de production.

Les mythes démêlés

La veuve Patricia Ward Kelly garde son esprit vivant, parcourant le monde pour parler de son défunt mari et pour dissiper certains des mythes entourant Singin' in the Rain, entre autres.

Prince a peut-être chanté la pluie pourpre, mais on a longtemps cru que Kelly avait dansé dans de l'eau mélangée à du lait pendant la chanson titre. Il semblerait que le mélange de lait et d'eau rende les gouttes de pluie plus brillantes à l'écran. « Absurdement, tout cela est dû à la cinématographie et à l'éclairage phénoménaux qui ont permis de faire briller ces gouttes de pluie », a proclamé Ward Kelly dans plusieurs interviews, conférences et podcasts.

« Gene a toujours dit qu'il était très difficile d'éclairer la pluie de derrière, notamment à cause du reflet dans les fenêtres devant lesquelles il danse. Et vous pouvez lire dans les minutes de production qu'ils ont dû faire d'autres plans parce que certains équipements se reflétaient dans le verre des fenêtres ».

Gene Kelly a également rendu sa chorégraphie pour cette chanson très accessible, ce qui rend cette scène du film peu commune. Beaucoup de gens pensent qu'ils peuvent imiter cette danse sous la pluie. « Gene a même chorégraphié les flaques d'eau dans la rue, pour qu'il les frappe d'une certaine façon ! Il a toujours voulu que la danse raconte l'histoire, et la chanson Singin' in the Rain en est l'un des meilleurs exemples », déclare fièrement la veuve Kelly. « Il transmet tant de choses d'une manière si simple ».

“You dance love, and you dance joy, and you dance dreams.”
- gene kelly

Vous verrez que l'effet sera étonnant ! Singin' in the Rain sur grand écran est sans aucun doute une véritable expérience. C'est un classique qui émeut et enchante tous les âges.

Il n'est même pas nécessaire de connaître le film ; le Brussels Philharmonic invite chaleureusement chacun à se joindre à nos solistes pour vivre ce moment de l'histoire du cinéma. Applaudissez, encouragez, chantez avec nous et profitez pleinement de Singin' in the Rain, en concert. La prochaine fois qu'il pleuvra et que vous verrez un lampadaire dans la rue, vous aurez envie de vous y suspendre et de sauter dans les flaques d'eau en chantant. C'est sûr !

à lire aussi :

La joie de bonheur

Info concert